20 juil. 2012

Olympe de Gouges


Il est des personnes dont on se demande pourquoi la postérité n’en a pas gardé un souvenir plus vif et plus pressant, alors même qu’elle a choisi de se rappeler C. Jérôme… C’est le cas d’Olympe de Gouges. Certains d’entre vous la connaissent certainement, mais d’une manière générale, elle est quand même relativement peu citée de nos jours. Pour ma part, je ne la connais que depuis quelques années, depuis que la classe du Coq a choisi « Olympe de Gouges » comme nom de promo (ce qui est arrivé 2 fois, preuve que le Coq est vraiment un féministe dans l’âme). Depuis lors, j’ai découvert bien des choses sur Olympe de Gouges et je tiens à vous en faire profiter, j’aurai l’impression de répandre la bonne parole autour de moi !


Olympe de Gouges, de son vrai nom Marie Gouze (il y a toujours une Marie derrière une grande dame), est donc une femme de lettres française du 18e siècle, née en 1748 et morte en 1793. Mariée plus ou moins contre son gré à un traiteur parisien, elle est plus ou moins contente quand celui-ci meurt quelques années plus tard. Après cela, elle eut plusieurs relations amoureuses ou sexuelles, notamment une très longue avec Jacques Biétrix de Rozières, mais elle refusa toujours de se remarier, considérant le mariage religieux comme un « tombeau de la confiance et de l’amour ». Elle se fait connaitre grâce à une pièce de théâtre où elle prône l’abolition de l’esclavage dans les colonies, acceptée par la Comédie-Française sous le titre Zamore et Mirza, ou l’heureux naufrage, mais vite retirée de leur répertoire, parce que bon, une femme qui défend les Noirs, c’est  bien beau, mais c’est quand même mieux à la Bastille. Pour cette pièce et d’autres textes abolitionnistes, elle fut citée par l’abbé Grégoire dans la « Liste des Hommes courageux qui ont plaidé la cause des malheureux Noirs ».

Elle fait par la suite publier de nombreuses brochures politiques, elle rejoint les Girondins et tente de faire comprendre sa grande conviction, à savoir que les femmes sont capables d’assumer les mêmes tâches que les hommes, dans tous les domaines.  Elle rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, dans laquelle on peut lire une des ses phrases les plus célèbres :

« La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune. »

Dans ses écrits, elle demande entre autres l’instauration du divorce, la suppression du mariage religieux au profit d’un contrat civil entre concubins, la création de maternités et de foyers pour mendiants. Une féministe visionnaire ! Profondément opposée à Marat, à Robespierre et aux violences qui ont découlé de la Révolution, elle est emprisonnée, puis, après un procès sommaire où elle doit se défendre sans avocat, elle est condamnée à mort, bien qu’elle assure être enceinte, et guillotinée, le 3 novembre 1793.


Depuis, elle a été réhabilitée, ses écrits réédités, des places, des bâtiments, des promotions portent désormais son nom (le bâtiment gynéco du CHU de Tours, un théâtre à Montpellier, la médiathèque de Strasbourg, une salle du ministère de l’Intérieur, etc.). Mais surtout, la sortie de la BD Olympe de Gouges, par Castel et Bocquet, chez Casterman écritures, devrait lui fournir une célébrité méritée. Très documentée, très riche, cette BD expose les différents moments de sa vie, depuis sa conception jusqu’à sa mort, ses engagements, ses convictions, ses erreurs aussi. C’est drôle, intelligent, très bien dessiné et très bien écrit. Bref, un bon moyen de se familiariser avec cette féministe avant de se lancer dans la lecture de ses propres écrits !

2 commentaires:

  1. François, il avait voté pour la promo "Steve Savidan".

    RépondreSupprimer

Allez, mets un commentaire, fais pas le timide !