8 août 2012

Le public, grand fléau des théâtres


La poulette (petite soeur de la poule), fan de théâtre, étant à Paris pour quelques jours, nous avons profité des nombreuses programmations théâtrales que propose la capitale. D'abord samedi, nous sommes retournés au théâtre Le Bout, où nous avions vu Anne-Sophie Girard, pour applaudir cette fois Carole Guisnel. Un one-woman-show très sympa, très drôle, sur la vie, les moments de solitude, les techniques de drague et l'accent belge. Parce que Carole Guisnel trouve l'accent belge très drôle et s'en moque particulièrement bien, notamment quand elle récite Phèdre avec ce même accent (combatsdecoqs apprécie surtout l'accent québécois, et comme il se trouve que dans quelques jours, nous prenons l'avion pour Montréal, ça risque d'être drôle). Il y avait également une première partie, comme dans les concerts, mais avec une durée proportionnelle au spectacle qu'on est venu voir, c'est-à-dire qu'elle a duré à peu près 10 minutes. Je ne me souviens plus du nom de la comédienne, mais elle était vraiment drôle... et un peu vulgaire, on a dû boucher les oreilles de la poulette (elle n'a que 17 ans quand même) ! 



Lundi soir, nous sommes ensuite allés voir une pièce intitulée Si je t'attrape, je te mort (non, il n'y a pas de faute, c'est un jeu de mots), au théâtre des Blancs Manteaux, l'histoire d'un couple qui s'aime tant qu'il a séparé l'appart en deux et chacun vit de son côté (situation qui rappelle le film La Rupture, avec Jennifer Aniston - que j'aime -  et Vince Vaugh). Sur ce arrive la mort, venue chercher le voisin du dessous, mais qui, trouvant ce couple bien sympathique, s'est arrêtée leur faire quelques blagues. Sentence : c'était à mourir de rire... Ahah, blague contexte ! Sans déconner, c'était vraiment drôle, truffé de références musicales (ce qui nous a notamment permis de redécouvrir la chanson, très gaie, de Francis Lalanne, "On se retrouvera"), cinématographiques, publicitaires. La mort aime particulièrement utiliser sa faux comme micro et chanter la Compagnie Créole, Andrea Bocelli, Dalida... et Claude François bien sûr (allez-y rien que pour la très belle interprétation de "Chanson populaire") ! L'acteur qui interprète la mort, Yan Richard, est vraiment génial et rien que son jeu vaut le coup. Par contre, ils sont 9 à jouer cette pièce, mais 3 sur scène, donc si vous y allez et que vous trouvez que l'acteur qui joue la mort est nul, c'est que c'est pas le même ! La pièce est très bien écrite, et on sent qu'il y a aussi une part d'improvisation (notamment quand la mort s'étale lamentablement sur la scène, sans que ce soit prévu dans le script), ce qui dynamise l'interprétation.


Sympa, la coupe...
Mais contre toute apparence, ces quelques sorties ne sont pas toutes roses... Un fléau nous poursuit, au théâtre comme au cinéma, un fléau dont, malheureusement, nous ne pourrons pas nous départir : les spectateurs ! Alors, bien sûr (et heureusement), il ne s'agit pas de tout le public, mais de ceux qui parlent pendant le film ou le spectacle, qui commentent, qui haussent le ton pour que le comédien entende la bonne blague qu'il vient de faire. Vraiment, il faut arrêter de parler comme ça, surtout si c'est pour dire de la merde. Ca gâche vraiment la séance des autres, et vous, ça ne vous apporte rien je crois de partager ainsi vos sentiments et vos pensées avec ceux qui vous entourent et qui diront, dès le spectacle terminé, "Oh la la, il était relou le mec derrière toi !". Ca donne vraiment des envies de meurtres. Ah, mais c'est peut-être ça, en fait, l'histoire de la fusillade à la première de Batman aux Etats-Unis...

1 commentaire:

  1. Je ne vais pas souvent au théâtre, mais quand je vais au cinéma, je SOUFFRE. Alors, déjà, si je vais voir un film d'horreur, je suis sûre d'avoir des brochettes de gamines dans la salle, qui hurleront et rigoleront au premier bruit, y a même des fois où on en entendait plus le film pendant cinq bonnes minutes. J'ai une amie, qui a pété son câble un jour avec un mémorable "PUTAIN MAIS VOS GUEEEULES". Mon idole quoi. Si c'est les mêmes andouilles au théâtre, c'est désespérant :)

    RépondreSupprimer

Allez, mets un commentaire, fais pas le timide !