9 oct. 2012

Le prix Nobel de physique

Aujourd'hui mardi, c'est au tour du prix Nobel de physique ! Ce prix Nobel est remis par l'Académie royale des sciences de Suède, qui choisit également le lauréat du prix Nobel de chimie et celui des sciences économiques (qui est un prix Nobel à part, sur lequel nous reviendrons le jour des résultats).

Fondée en 1739, l'Académie royale des sciences de Suède est l'oeuvre de plusieurs hommes, dont Carl von Linné, un naturaliste suédois très célèbre dans son pays, que l'on considère aujourd'hui comme le père de la taxinomie et de l'écologie. Il est même un temps le médecin de la famille royale. Vous pouvez aujourd'hui le voir sur les billets de 100 couronnes suédoises.


Dans son testament, Alfred Nobel a précisé que ce prix devait être remis à quelqu'un qui, entre autres, "a fait ses preuves avec le temps". C'est une précision importante que le jury suit à la lettre et qui fait qu'il peut s'écouler de nombreuses années entre les travaux de recherche et la récompense (43 ans pour le recordman en titre). Et comme le titre ne peut pas non plus être posthume, de nombreux grands chercheurs n'ont pas pu être récompensés, puisqu'ils sont morts avant de faire leurs "preuves avec le temps".

Le prix Nobel de physique a pour l'instant le prix de la "masculinité", puisque, sur 183 lauréats, seules 2 femmes ont reçu ce prix :
- Marie Curie, en même temps de Pierre Curie et d'Antoine Henri Becquerel, en 1903, tous les 3 pour leurs recherches sur la radioactivité. Elle reçoit en 1911 le prix Nobel de chimie, ce qui fait d'elle la seule femme à avoir reçu 2 prix Nobel et le seul lauréat - hommes et femmes confondus donc - à avoir été récompensé dans 2 domaines différents. Alors, les gars, c'est bien beau de gagner des prix Nobel à tire-larigot, mais si vous n'êtes même pas capables d'en gagner 2, dans 2 domaines distincts, c'est quand même un peu la loose. Bon, par contre, ses 2 prix Nobel ont un prix, puisque ses travaux l'exposent trop aux éléments radioactifs, ce qui la tue.
- Maria Goeppert-Mayer (ah tiens, 2 gagnantes, 2 Marie... coïncidence ?...), corécompensée en 1963 pour ses "découvertes sur la structure en couches du noyau atomique". Ca doit très certainement vouloir dire quelque chose.

Parmi les lauréats du prix Nobel, on compte aussi Albert Einstein, en 1921, pour ses contributions à la physique théorique, et le prince Louis de Broglie, en 1929, un Français dont les mâles de la famille avaient l'habitude de prendre le titre de "prince"... Pourquoi pas. Avec leurs histoires de "colauréats", sachez quand même que le Canada a remporté à ce jour 5/6 de prix Nobel de physique, et le Danemark 1 prix Nobel 2/3.

Cette année, la France a été colauréate, ce qui a permis de la faire passer devant la RFA dans le tableau des médailles ! C'est toujours mieux qu'aux JO. C'est donc Serge Haroche et David Wineland, américain, pour leurs "méthodes expérimentales révolutionnaires qui ont permis la mesure et la manipulation de systèmes quantiques individuels" (à lire sans respirer).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Allez, mets un commentaire, fais pas le timide !